Cube@BfB – Tout à la fois base de données des prix et outil de calcul des coûts basé sur un modèle

Depuis près de trois ans, la société Büro für Bauökonomie AG (BfB) utilise le Building Information Modeling (BIM), qui est devenu le mot-clé de la planification à l’heure actuelle. Cette technologie nous intéresse à deux titres : d’une part, nous accompagnons des maîtres d’ouvrage dans la définition des objectifs, en tant que représentant du maître d’ouvrage en matière de planification stratégique et d’études de projets ; d’autre part, nous assistons des architectes dans leur planification des coûts ou la direction du chantier.

Dans ces deux fonctions, nous désirons montrer aux maîtres d’ouvrage et aux architectes les avantages du BIM et les possibilités qu’offre cette méthode de planification, et nous voulons l’appliquer aux processus courants. À l’interne, dans notre société, nous intégrons progressivement les nouvelles méthodes de travail à nos activités, ce qui modifie bien sûr notre façon de procéder.

Au cours de « l’open BIM Forum » qui s’est tenu les 23 et 24 janvier 2019 à Lucerne, nous avons présenté à un large public la mise en œuvre du BIM dans nos bureaux. Notre exposé illustrait le processus d’un nouveau calcul des coûts, basé sur une maquette numérique et sur les résultats d’une analyse préliminaire poussée. Tout comme nous incitons des mandants à sortir des chemins battus et à utiliser des technologies nouvelles, nous examinons et révisons nos processus internes de la même manière. Au début, nous nous posions les questions suivantes : « Comment allons-nous améliorer nos processus de travail à l’aide de technologies nouvelles? Sur quoi mettrons-nous l’accent pour atteindre plus efficacement et précisément nos objectifs? »

Dans notre stratégie de numérisation BIM@BfB, nous avons commencé par le calcul des coûts, parce que c’est là que nous escomptons les optimisations les plus importantes grâce aux technologies nouvelles et aux outils informatiques. En mettant au point un calcul des coûts basé sur une maquette numérique, nous avons appris à connaître le BIM à fond, tout en optimisant notre travail. Ayant acquis l’expérience nécessaire et testé les différentes variantes, nous sommes dorénavant en mesure de conseiller les maîtres d’ouvrage d’une manière compétente.

Voici comment nous avons procédé à l’interne : nous avons répertorié les démarches qui se présentent au cours d’une planification des coûts basée sur une maquette numérique et les exigences auxquelles les outils logiciels doivent satisfaire. Cette définition du but était formulée sans préjugé, mais contenait aussi quelques idées irréalistes. Dans un second temps, nous avons évalué les logiciels disponibles sur le marché, en les comparant à nos exigences. Nous nous sommes vite rendus à l’évidence qu’il existe, certes, de nombreux outils informatiques, mais que celui qui peut tout n’existe pas. Après divers essais et comparaisons, notre choix s’est finalement porté sur « l’open BIM ».

Malgré un examen systématique du marché, nous n’avons trouvé aucune base de données des prix qui corresponde à nos besoins. Nous avons alors décidé de mettre au point nous-mêmes une solution pour tout le groupe Emch+Berger : à partir de notre propre structure de base de données, notre outil informatique actuel Cube, nous avons créé une nouvelle base de données des projets et des prix, ce qui nous a demandé de nombreuses heures de travail. Nous pensons que relier les coûts figurant dans une base de données à une maquette numérique est une suite logique et une application tout aussi logique des possibilités offertes par la numérisation.

Retour au sommaire
Auteur/s
Sara Müller
Gilles Steimen