Des arrêts de bus adaptés aux besoins des personnes âgées ou handicapées

La loi sur l’égalité pour les handicapés stipule que les arrêts de bus doivent être adaptés aux besoins des personnes âgées ou handicapées avant la fin de 2023. Mais les investigations effectuées par Emch+Berger WSB AG sur mandat de plusieurs communes et villes montrent que la plupart de ces arrêts ne satisfont pas encore ou seulement partiellement aux dispositions légales.

L’expérience montre que l’étude du projet, l’établissement du budget et la réalisation des adaptations prennent plusieurs années. Il est donc impératif de se saisir du dossier au cours des prochaines années. Le Canton de Lucerne est allé plus loin que les exigences légales en la matière: il a développé un standard plus élevé pour les arrêts des lignes RBus de l’agglomération et de la ville de Lucerne.

La loi fédérale sur l'élimination des inégalités frappant les personnes handicapées (loi sur l'égalité pour les handicapés, LHand) est entrée en vigueur le 1er janvier 2004. Elle stipule que les personnes handicapées ne doivent pas être frappées par des inégalités et qu’elles doivent pouvoir utiliser sans restriction les équipements du domaine public. En particulier, les constructions et les installations des transports publics doivent être mises en conformité au plus tard 20 ans après l’entrée en vigueur de la loi, c.-à-d. avant fin 2023.

Examen de l’infrastructure des arrêts de bus
Or, 13 années sont déjà écoulées, si bien qu’il n’en reste plus que 7 pour s’adapter à la loi. Il est grand temps d’étudier la mise en œuvre et de mettre au point les mesures à prendre, car la planification, l’établissement du budget et la réalisation des transformations nécessaires prendront plusieurs années.

Emch+Berger WSB AG a déjà eu l’occasion d’examiner l’infrastructure des arrêts de bus pour le compte de plusieurs communes ou villes. Il en est ressorti que la plupart de ces arrêts ne satisfont pas encore ou seulement partiellement aux dispositions légales. Les exigences sont décrites dans la norme VSS SN 640 075 «Trafic piétonnier − Espace de circulation sans obstacles» de décembre 2014. Dans le cas de l’embarquement à niveau, la largeur du trottoir sera d’au moins 2.0 m et la bordure aura au moins 22 cm de hauteur. Si l’embarquement a lieu à l’aide de la passerelle du bus, cette hauteur sera de 16 cm, tandis que le trottoir mesurera au moins 2.9 m de large.

La première étape de l’étude consiste à définir les hauteurs de trottoir de chaque arrêt dans le périmètre considéré. Pour la mise en œuvre, on considère les éléments de décision suivants: l’importance de l’arrêt et sa fonction au sein du réseau public (notamment le nombre de voyageurs); la planification de la réfection des tronçons de rue concernés; enfin, l’ampleur des mesures nécessaires. Souvent, les arrêts peuvent être mis en conformité à l’occasion de travaux d’amélioration ou d’entretien. Pour ce faire, il est indispensable de planifier les mesures à temps et par anticipation.

Des exigences de plus en plus sévères
A l’occasion de l’adaptation aux besoins des handicapés, on examine aussi l’intégrité technique de l’installation et on l’améliore, le cas échéant. En particulier, la longueur de la bordure du trottoir comme les voies d’accès et de démarrage du bus doivent satisfaire aux exigences de la norme. Le bus doit pouvoir aborder l’arrêt et le quitter de manière impeccable, parallèlement à la bordure du trottoir et tout près de celle-ci; la manœuvre doit être précise pour que les dimensions verticales et horizontales de l’espace entre le bus et le trottoir soient conformes aux exigences.

Sur la ligne Lucerne-Kriens, les transports publics de l’agglomération lucernoise font circuler des trolleybus articulés appelés Rbus. Grâce à leur longueur de 24.7 m, ces véhicules peuvent transporter nettement plus de passagers. C’est pourquoi on prévoit d’étendre le réseau des Rbus au reste de l’agglomération.

L’introduction de ces bus augmente les exigences imposées à l’infrastructure des arrêts. Ces lignes de bus devraient offrir le même confort et jouir de la même réputation que les lignes de trams. Le Canton de Lucerne a fixé les exigences. La bordure des arrêts sera particulière, d’une hauteur de 22 cm, et la voie d’accès aura 27.0 m de long. En outre, sur une distance d’au moins 5.0 m, le chauffeur conduira son véhicule le long de la bordure spéciale. La roue avant droite touchera cette bordure sans que le véhicule ni l’infrastructure n’en souffre. Le Rbus s’arrêtera ainsi parallèlement au trottoir, tout près de celui-ci.

Retour au sommaire
Auteur/s
Peter Kurmann
Emch+Berger WSB AG
Emch+Berger AG Zofingen
Christian Schwander
Emch+Berger WSB AG