Protéger efficacement les cours d’eau: Le nouveau bassin de transit Rishalden à Rothrist (AG)

L’un des principaux objectifs de la protection des eaux à Rothrist est de limiter le volume des eaux usées qui s’écoulent dans la rivière Pfaffnern par temps de pluie, mélangées aux eaux de surface. L’examen écologique des eaux avait montré la nécessité de construire une installation de traitement avec déversoir dans l’Aar. Nous avons été mandatés pour l’étude du projet et la coordination de la construction d’un bassin de transit et de sa canalisation de délestage vers l’Aar.

Jusqu’il y a peu, lorsqu’il pleuvait dans la région de Rothrist, les eaux usées excédentaires des canalisations s’écoulaient dans la rivière Pfaffnern, mélangées aux eaux de ruissellement. Le délicat équilibre écologique de la rivière s’en trouvait perturbé. On le constatait surtout à l’examen du lit et de la faune de la rivière. Pour améliorer la protection des eaux, une installation de traitement de ces eaux mixtes a été construite. Il s’agit d’un bassin de transit d’un volume utile de 500 m3 et d’une canalisation de délestage dans l’Aar. De par sa fonction de réservoir favorisant la sédimentation, le bassin de Rishalden réduit désormais la quantité des matériaux déversés dans les rivières lors de crues. Notre mandat a consisté en l’étude du projet et la réalisation de la nouvelle installation, y compris les équipements du bassin.

Voici comment fonctionne la nouvelle installation. L’écoulement vers la STEP est limité à 180 l/s au maximum: le débit est surveillé dans un puits de mesure. Lorsqu’il pleut, les eaux mixtes s’écoulent dans le bassin de transit par la canalisation d’entrée. Le plus grand débit que ce bassin peut absorber est de 1‘000 l/s. En cas de très fortes pluies – ce qui dilue fortement les eaux arrivant dans le bassin – un écoulement direct dans l’Aar a lieu par la canalisation de délestage. Celle-ci est munie d’un grillage fin à lamelles, dimensionné pour le débit maximum de 7‘000 l/s. Les matériaux fins et grossiers se déposent dans la partie du bassin destinée à la sédimentation. En outre, une paroi plongeante mobile a été installée. A la fin des pluies, une pompe vide le bassin dans la canalisation qui mène à la STEP. Le nettoyage du bassin est automatique; une porte bascule, ce qui produit une vague de rinçage. Le bassin est équipé d’une sortie pour les amphibiens. Il est télécommandé à partir de la STEP d’Aarburg, qui le gère. Un guide d’ondes lumineuses a été posé à cet effet dans la canalisation existante menant à la STEP. Les défis particuliers du projet ont été l’exiguïté du terrain et le haut niveau de la nappe phréatique. L’ensemble, y compris la canalisation de délestage vers l’Aar, a coûté 3.5 millions de francs.

Retour au sommaire
Auteur/s
Stefan Bolliger
Emch+Berger AG Zofingen