Réfection de la route cantonale et reconstruction du pont sur l’Aabach à Seon (AG)

Dans la commune argovienne de Seon, la route cantonale K 375, une artère vitale, fait l’objet d’une réfection. Le projet comprend notamment la reconstruction du vieux pont sur l’Aabach et l’adaptation de quatre arrêts de bus à la loi fédérale sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées (LHand). Les travaux ont été confiés à Emch+Berger.

La K 375 Unterdorfstrasse/Egliswilerstrasse est une route cantonale de liaison qui traverse la commune de Seon, de la Seetalstrasse en direction du village voisin d’Egliswil. C’est l’un des principaux axes du Seetal. Selon les statistiques, le trafic poids lourds représente 3.5 % d’un total de 7 000 véhicules environ par jour. Le tronçon en réfection mesure 920 m.

Au cours des travaux, tout le revêtement et une partie de la couche de forme de la route seront remplacés. Les nouvelles bordures ne modifieront en rien la ligne de la route. Les quatre arrêts de bus méritent quelques précisions. La loi sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées, en vigueur depuis 2014, stipule que tous les arrêts de bus doivent être adaptés d’ici 2023 aux besoins des personnes âgées ou handicapées. En règle générale, on prévoit à cet effet une bordure de 22 cm de haut délimitant une plate-forme d’au moins 2 m de large. En outre, à Seon, les quatre arrêts seront désormais placés à même la chaussée, alors qu’ils sont actuellement logés sur les côtés, dans des créneaux. Le tronçon comporte quatre passages piétons dont nous vérifions la sécurité, conformément à notre mandat. Le cas échéant, ils seront déplacés pour tenir compte de la portée exigée pour la visibilité.

La K 375 traverse l’Aabach sur un pont qui date de plus de 200 ans et qui est d’importance locale, faisant partie d’un itinéraire historique. Ce pont doit être réparé d’urgence, vu son état actuel. Il comporte une voute de pierre naturelle et a été transformé plusieurs fois au cours des âges. En 1933, il a été élargi des deux côtés, ce qui a permis de réduire l’angle de son axe avec le cours d’eau, de presque 90° à 45°. Depuis 1967, une passerelle pour piétons le complète du côté aval. Aujourd’hui, il s’agit d’adapter par la même occasion la hauteur du tablier aux exigences actuelles de la protection contre les crues. Le pont est situé dans la transition entre une courbe et un tronçon rectiligne et présente une déclivité sur un côté. Le nouveau pont s’adapte au tracé actuel de la route.

La conception de la structure porteuse du nouveau pont prévoit qu’une grue sur pneus déposera des poutres longitudinales préfabriquées sur les culées préalablement bétonnées sur place. Puis ces poutres seront à leur tour recouvertes de béton et reliées monolithiquement aux culées. Le maître d’ouvrage s’est prononcé en faveur de cette variante, car elle promet une durée du chantier très courte et limite l’impact sur la rivière, deux éléments très importants pour lui. La préfabrication des poutres est un facteur déterminant. Plus besoin de cintre de bétonnage, coûteux et long à construire, plus besoin non plus des travaux de coffrage dans la rivière. La population accepte d’autant mieux le projet que toutes ces dispositions raccourcissent la durée pendant laquelle la route cantonale sera fermée à tout trafic.

Au cours de la planification de l’exécution, nous élaborons les détails des phases avec et sans trafic du chantier. La façon dont sera réglé le trafic pendant la fermeture complète de la K 375 est essentielle. Nous étudions des concepts adéquats et des scénarios de crise, en collaboration avec le Canton, la Commune, la police et les exploitants de la ligne de bus. Nous évitons ainsi que des files d’attente se forment sur l’axe principal pendant les travaux, ce qui pousserait les usagers de la route à s’infiltrer dans les quartiers de la localité.

Retour au sommaire
Auteur/s
Beat Küng
Emch+Berger AG Zofingen
Reto Schnyder
Emch+Berger AG Zofingen